La Guéguerre des Etoiles (roman-humour)

Pour les Fan Fictions, les Fan Arts.....
Avatar de l’utilisateur
Notsil
Messages : 825
Inscription : 14 août 2010, 13:21
Localisation : Belgerie

La Guéguerre des Etoiles (roman-humour)

Message par Notsil »

Un petit (enfin, plutôt gros ^^) texte, écrit il y a bien longtemps (ça rajeunit pas ^^), avec des amis...

Aucun sérieux ici, des références éventuelles, posez votre cerveau et venez suivre les aventures de l'escadron Cygnus !


Introduction

Mme X


Mme X, je ne citerai pas son nom, qui travaille actuellement ici même en tant que conseillère d'éducation, est en fait une ancienne nonne du monastère Ste-Marie des Rombières.
Envoyée dans un couvent à l'âge de quinze ans pour préserver sa virginité, elle reçut en plus d'une éducation religieuse stricte, un entraînement militaire corsé.
C'est ainsi que vous aurez tous remarqué sa marche rapide et rythmée, de même que son allure imposante et assurée.
De plus vous vous serez tous aussi aperçu de son extrême rigueur envers les règles de politesse (ex: dire bonjour à la dame quand on rentre dans le lycée, ne portez pas de casquette dans l'établissement*
*Un petit conseil à ce sujet: si vous avez le crâne rasé, passez-vous un peu de crème solaire les jours de grand soleil) et le respect du règlement (ex: venez les jours de grève même si vous n'avez pas cours et que le self ne fonctionne pas: un jour de jeûne et de méditation vous feront le plus grand bien et vous aideront à retrouver votre foi en Dieu…)
Enfin, vous aurez aussi sûrement noté que les pièces de 1F que vous mettez, peut-être, dans les casiers restent constamment coincées. C'est tout simplement parce que l'acariâtre Mme X en question a besoin de récolter des fonds pour entretenir son ancien monastère dont elle est aujourd'hui la doyenne et la mère supérieure. Et juste un dernier mot avant de vous quitter, c'est que si le lycée a été construit ici, ce n'est pas par hasard. C'est parce que le terrain était assez proche de Francazal, ce qui permet à Mme X de s'y rendre tous les matins à partir de 5h, pour y effectuer son entraînement militaire qu'elle n'a pas stoppé, car, il ne faut pas l'oublier, elle est, en plus de nonne, un grand chef militaire depuis l'âge de 27ans.
Conseil: si un jour vous croisez le chemin de cette femme autoritaire et dominatrice, surtout soyez très polis et dociles avec elle, ne défiez pas son regard, et si vous pouvez, aidez-là pour l'entretien de son monastère.


DRAMATIS PERSONAE

(en spoiler parce que ça prend de la place :p)
Escadron Cygnus
• Leader : Commandant Edwige "La Chouette" Vellar. (Cygnus Un)
Femelle humaine de Corellia.
Chevalier Jedi, experte en combat rapproché et armement.

• Second : Lieutenant Pauline "Le Spain" Notsil. (Cygnus Neuf)
Femelle humaine de Corellia.
Presque mais pas tout à fait chevalier Jedi, experte en miniaturisation et gadgets en tous genres.

• Pilotes : - Lieutenant Romain "Gaulois" Ekwesh. (Cygnus Dix)
Mâle thakwaash de Thakwaa.
Jedi en puissance, expert en piratage informatique.

- Perrine "Caliméro" Donn. (Cygnus Trois)
Femelle humaine de Coruscant.
Experte en piratage informatique. Travaille avec Gaulois.

- Fabien Phanan. (Cygnus Onze)
Mâle humain de Coruscant.
Expert en infiltration et effraction.

- Lieutenant Audrey "Bumbo" Noor. (Cygnus Deux)
Femelle humaine de Dathomir.
Sorcière de Dathomir, médecin de l’escadron.

- Lieutenant Eve "L’Innocente" Nelprin. (Cygnus Huit)
Femelle humaine de Couba.
Experte en communications.

- Audrey "Saturnin" Sandskimmer. (Cygnus Quatre)
Femelle humaine de Coruscant.
Experte en xéno-biologie.

- Nicolas Tainer. (Cygnus Douze)
Mâle humain de Xyquine.
Expert en démolitions et sabotage.


- Lieutenant Marc "Marco" Darillian. (Cygnus Cinq)
Mâle humain de Chandrila.
Expert en déguisement.

- Mélanie Tabanne. (Cygnus Sept)
Femelle humaine de Dathomir.
Sorcière de Dathomir formée par la maîtresse Jedi Faudé, experte en conduite de véhicules et vaisseaux en tous genres.

- Sébastien "Donut" Donos. (Cygnus Six)
Mâle humain de Chandrila.
Ami d’enfance de Marco. Tireur d’élite de l’escadron.


Staff de commandement et personnel rebelle :

• Général Jérôme "Pikachu" Sarkin.
Mâle humain de Sélonia.
Capitaine du croiseur Mon Calamari Chrisaor.
Chevalier Jedi expert en conception de vaisseaux et tactiques.
Vaisseau personnel : YT-2000 Otana.

• Commandant en chef Sébastien "Fighter" Janson.
Mâle humain d’Alderaan.
Commandant en second du Chrisaor.
Chef des troupes d’interventions au sol et des Renseignements.
Vaisseau personnel : VAI Krishna

• "Mirage" : origine inconnue (à part pour La Chouette), on suppose mâle humain de Corellia. Agent des Renseignements de la Nouvelle République infiltré sur Sokaris IV.

• "Inconnu" : origine inconnue (à part pour Patricia), on suppose mâle humain de Coruscant. Agent des Renseignements de la Nouvelle République infiltré sur le Kogisator.

• Patricia Noor : femelle humaine de Dathomir (sorcière de Dathomir….eh oui encore une !). Agent des Renseignements en formation sur le Chrisaor. Sœur de Bumbo.


Personnel impérial :

• Seigneur Sabre.
Femelle humaine de Kogisland.
Élève de Dark X².
Obsédée par son peuple, les Kogis.

• Capitaine Gara Kigos.
Femelle humaine de Kogisland.
Capitaine du superdestroyer Kogisator.

• Dark X².
Femelle humaine de Coruscant.
Amirale de l’Empire séjournant sur Sokaris IV.
Seigneur de la Sith.

• Maïté "La Foufouille".
Mâle humain de Kessel.
Bouffon de Dark X².

• Lieutenant Audrey "Sancho" Nelprin.
Femelle humaine de Couba.
Chevalier Jedi ayant succombé au Côté Obscur de la Force.
Sœur de l’Innocente.

Jedi
• Maîtresse Faudé.
Femelle humaine de Dathomir.
Servant la cause des rebelles mais détestant les hommes plus que toutes les autres sorcières. Formatrice de Pikachu et de Mélanie Tabanne.

• Maître Bourbon.
Mâle humain de Dagobah.
Formateur de La Chouette et du Spain.

• Maître Salamèche.
Mâle humain de Coruscant.
Ami de Pikachu. Aide les rebelles.

• Aurélie Onoma.
Femelle humaine de Coruscant.
Padawan de Maître Salamèche.

Partie I
–Mais qu’est-ce que c’est ce cirque ?
Le général Jérôme, appelé par ses pilotes "Pikachu", toujours guindé dans son uniforme de rebelle posa un regard consterné sur ce qui devait être la salle de briefing. Tout à coup, on entendit sur sa droite une voix ingénue :
–Ben quoi, on destresse avant la mission !
–Je vous donne trois secondes pour arrêter cette musique !
La musique s’arrêta quatre secondes après.
–Mais où sont passés les autres pilotes ? ?
Quatre pilotes apparurent dans la salle.
–C’est nous …On apporte la bière ! !
–Corellienne, j’espère ?
Le général Pikachu soupira.
–Vous vous foutez de moi ? Ou c’est juste une impression ?
Tout l’escadron répondit en cœur :
–On se fout de vous !
Puis le commandant Edwige et son second "Le Spain" rajoutèrent plus sérieusement :
–Bon, allez, on arrête la fête, tout le monde assis.
Aussitôt, le silence se fit. Un petit malin ne put s’empêcher d’ajouter :
–C’est bizarre, y’a qu’avec Pikachu qu’il y a le bordel…
–Gaulois, tais-toi ! dit sèchement Edwige.
Exaspéré, le général Pikachu dit :
–Commençons le briefing.
–Ouais, c’est ça ouais.
–Gaulois tais-toi !
*****
Le général contempla l’escadron.
–Mais qu’est-ce qui m’a pris de le former ! se dit-il. Ah, oui, je le devais à Edwige…
Puis il commença :
–Je viens de recevoir de nouveaux ordres du Haut Commandement. Le Chrisaor doit se rendre sur Coruscant pour refaire le plein de provisions et de matériel. Nous devrons aussi embarquer de nouveaux arrivants dont mon nouveau second et une élève des Renseignements dénommée Patricia…
–Quoi ? ? s’exclama soudain le lieutenant Audrey. Mais qu’est-ce qu’elle vient faire ici celle-là ?
–Vous la connaissez, lieutenant ?
–Bien sur, c’est ma sœur !
–Oh non ! dit le général, deux sorcières de Dathomir, c’est déjà assez, alors une troisième…
–Et que vient-elle faire ici ? demanda Edwige.
–Elle vient se perfectionner. Ah oui, j’avais oublié de vous dire que mon nouveau second, en plus d’être un ami proche, est un ancien des Services de Renseignements. Il s’occupera à mi-temps d’elle.
–Et l’autre moitié, qui l’assurera ? demanda le lieutenant Audrey.
–Moi.
L’escadron se mit à rire.
–Vous ! Mais vous n’avez aucune connaissance en espionnage !
–Peut-être, mais je contrôle la Force…
–Oui, et vous n’êtes pas le seul, lui répondit le lieutenant Audrey, "Bumbo" de son nom de code.
–Oui, bon…le briefing est fini. Rompez !
*****
En rentrant dans ses quartiers, le général Pikachu, encore stupéfait de la conduite de son escadron, eut la surprise de voir le lieutenant Le Spain s’y trouver.
–Que faites-vous là ? lui demanda-t-il d’une voix où perçait la colère.
–Je…heu…je venais chercher mon databloc, que je vous avais prêté…vous vous souvenez ?
–Ah…oui, fit le général, pas convaincu du tout. Vous l’avez trouvé ?
–Oui, oui le voilà.
–Bon, alors sortez.
–A vos ordres, mon général.
Pauline sortit. Le général soupira. Cette journée avait été dure, et ce n’était que la première d’une longue série…Pour se détendre, Jérôme décida de prendre une bonne douche. Sous le jet d’eau qui l’aspergeait, il oublia ses problèmes et retrouva sa bonne humeur. Tout joyeux, il se mit à chanter.
*****
Lorsque Pauline se rendit dans la salle de repos de l’escadron, il n’y eut qu’un seul cri :
–Alors ?
Un sourire espiègle s’afficha sur les lèvres du lieutenant.
–Mission accomplie.
*****
Dans tout le vaisseau l’équipage profitait du fait que le général était dans ses quartiers pour faire ce que bon lui semblait, lorsque soudain la voix du général sortit des haut-parleurs. Mais il ne disait pas n’importe quoi : il chantait.
Après quelques minutes de silence généré par la surprise, tout le monde se mit à rire. Il chantait faux, terriblement faux !
–Je ne savais pas que Pikachu était un chanteur, fit quelqu’un.
–Moi non plus !
*****
Un quart d’heure plus tard, Pikachu contemplait ses hommes qui ne disaient mot (pour une fois !).
–QUI A FAIT ÇA ? Je veux un nom, et tout de suite !
Pas un bruit…
–Bon, et bien puisque c’est comme ça, interdiction de sortie sur Coruscant !
–Oh ! Non !
*****
–Général, nous arrivons à Coruscant…
–Bien. Prévenez le Haut Commandement et arrimez-vous à la station Oméga.
–A vos ordres, mon général !
–Bon, et bien, puisque tout est en ordre, je vais dans mes appartements récupérer quelques affaires.
Le commandant Edwige et son âme damnée le lieutenant Pauline Le Spain n’attendaient que ça. Toutes deux firent un discret signe à Gaulois et son équipière Perrine Caliméro. Les deux, étant experts en piratage informatique, se dirigèrent vers le tableau de surveillance qui diffusait des images de tous les couloirs du vaisseau. Ils réussirent à trouver l’image de Pikachu qui entrait dans ses appartements. Gaulois pianota rapidement sur la console d’ouverture/fermeture des portes. Si bien que Pikachu se retrouva enfermé dans sa chambre. Pour pimenter le tout, Perrine Caliméro déclencha les détecteurs de fumée de sa chambre qui diffusèrent une charmante pluie destinée à refroidir notre bouillant général. Cela ne fonctionna pas exactement comme désiré puisque le général ne se refroidit pas et commença sérieusement à s’énerver. Alors seulement, une voix calme retentit dans le haut-parleur de la chambre :
–Mon général, je représente tout l’escadron et j’ai le plaisir de vous annoncer que nous sommes en train de vous séquestrer et que tant que vous ne lèverez pas l’interdiction, vous resterez enfermé…
L’Innocente s’arrêta et écouta ce que lui disait Edwige.
–Quoique…maintenant que vous êtes enfermé, nous avons tout le loisir de visiter Coruscant et ses charmantes petites boutiques….
–Je vais vous tuer…fulmina Pikachu.
–Mais non, mais non…Bon, je vous propose un pacte : vous oubliez toute cette histoire de micro et vous aussi, vous pourrez découvrir les splendeurs de Coruscant…
Un moment, l’on crut que Pikachu allait se désintégrer tellement il était énervé. Pourtant, il se résolut à accepter et murmura un :
–Oui
Très piteux. Eve l’Innocente déclara :
–Voilà une bonne chose de faite.
Tout l’escadron dit alors en cœur :
–Bon après-midi, général !
La porte de sa chambre fut enfin débloquée et les détecteurs d’incendie éteints.
*****
Le général se dirigea vers le centre de contrôle de la station. Il avait rendez-vous avec le général Solo pour discuter des nouveaux ordres. Il se rendit dans le poste de commandement.
–Général Jérôme au rapport, mon général.
–Repos, général. Mettez-vous à l’aise. Un peu de kir coréllien ?
–Avec plaisir.
–Bon, voilà le problème. Depuis quelques semaines, les lignes commerciales sont attaquées par des forces impériales. Votre mission est de localiser ces forces, détruire ces sources d’approvisionnement et ces mêmes forces. Vous serez assisté par la frégate Narra commandée par le capitaine Kaine, et le croiseur petit calamari Vishnu commandé par le capitaine Shepard. Vous aurez comme toujours sous votre commandement l’escadron Cygnus d’ailes-X, l’escadron Arès d’ailes-A, et l’escadron Minerve d’ailes-B. Le Haut Commandement vous donne en plus trois régiments de troupes de choc, un régiment de commandos et un groupe des renseignements. Toutes ces troupes seront commandées par votre nouveau second, le commandant Sébastien "Fighter". Des questions ?
–Oui. Est-ce que vous me cachez quelque chose sur l’importance des forces impériales ?
–Non, elles ne sont pas immenses.
–Ce sera tout, mon général.
–Bien. Vous pouvez partir.
Jérôme salua et partit. Une fois sorti, il se dit :
–Il n’y a pas que mes hommes qui se foutent de ma gueule ! Les généraux s’y mettent aussi ! Des forces "pas immenses" ! Mon œil ! Pourquoi toutes ces troupes alors ? Bon, allons retrouver Sébastien.
*****
–T’aurais dû le voir. Il fumait tellement il était énervé.
Les conversations dans le bar ne se concentraient que sur un seul sujet : la séquestration du général. Tout le monde riait de la façon dont ils avaient eu l’autorisation d’aller sur Coruscant.
–On y ait peut-être allé un peu fort, remarqua le lieutenant Marc avec son regard perçant. Il n’y avait que peu de personnes ayant le courage de lui répondre car avec sa carrure imposante et son attitude très agressive au combat, il imposait le respect. Il n’y avait guère que son ami Sébastien, Edwige et le général Pikachu qui lui répondaient. Edwige, ayant tendance à se rebeller contre toutes formes d’autorité, ne put s’empêcher de lancer :
–Il le méritait bien, après tout ce qu’il nous a fait.
Le lieutenant Pauline ne put s’empêcher d’approuver les paroles de son supérieur :
–C’est vrai que c’était une bonne idée…Je me suis bien amusée à chercher un endroit où cacher le micro. Mais il a été trop facile à trouver. Je tâcherais de le faire encore plus petit, la prochaine fois !
–Mais c’est impossible !
Elle eut un sourire énigmatique.
–Rien n’est impossible en miniaturisation !
*****
–Mais où est-il ?
Jérôme cherchait son nouveau second et ami, le commandant Sébastien "Fighter". Soudain, il le vit. Il n’avait pas changé : assez petit, mais les traits durs. Il s’approcha de lui.
–Sébastien !
–Jérôme ! Ça faisait longtemps ! Comment vas-tu ?
–Bien, comme tu le vois.
–Ah, bon, t’as l’air un peu secoué, je trouve !
–Ouais, mais c’est parce que j’ai un peu de mal à me faire respecter.
Sébastien marmonna :
–Tu m’étonnes !
–Qu’est-ce que tu as dit ? s’énerva Pikachu.
–Rien, rien ! Bon, qu’est-ce qui ne va pas avec ton équipage ?
–Viens, je vais te montrer
Le général entraîna Sébastien devant l’entrée du bar. Il montra l’équipage en train de boire et de rire.
–Tu vois, c’est comme ça toute la journée.
–Hum, je vois.
–Non, tu ne vois pas.
–Si si je vois. D’ailleurs, je vais mettre le holà à tout ce cirque.
A ce moment-là, Audrey "Saturnin", la xéno-biologiste, se plaça devant Pikachu et mimant un salut dit :
–Bon après-midi…Mon général…
Et elle s’écroula dans ses bras, complètement saoule !
–Et c’est comme ça toute la journée.
Fighter comprit enfin ce que ressentait Pikachu face à cette bande de cinglés !
*****
–Rejoins-moi du côté Obscur de la Force…Rejoins-moi du Côté Obscur de la Force…Rejoins-moi du Côté Obscur de la Force…
Le lieutenant Audrey Sancho répétait cette phrase depuis au moins une bonne demi-heure en changeant sa voix à chaque fois pour savoir laquelle était la plus convaincante. Elle reprit :
–Rejoins-moi du Côté Obscur de la Force…
Mais s’arrêta tout à coup lorsque retentit "la marche impériale" qui annonçait toujours l’arrivée de Dark X² suivie de son âme damnée La Foufouille. Originaire de Couba, Sancho, dès qu’elle entendait de la musique, ne pouvait s’empêcher de danser. Aussi était-elle en transe lorsque Dark X² entra.
Une cape noire, un pull noir, un corsaire noir et des sandales trop petites pour elle, Dark X² incarnait à elle seule toute l’horreur de l’Empire. Au temps où Palpatine était encore vivant, elle n’était qu’une petite servante, mais dès l’annonce de sa mort, elle prit le pouvoir. Certains disaient qu’elle avait été la maîtresse de l’Empereur, mais le plus vraisemblable était que la maîtresse de Palpatine était Miss Kigos. En fait, Dark X² n’était la maîtresse de personne, enfin elle s’amusait juste de temps en temps sur son bouffon La Foufouille. Mais l’heure n’était pas à la rigolade, Dark X² fixa froidement Sancho qui continuait à danser et dit :
–L’heure est grave ! Nous allons détruire tous les rebelles !
–C’est ce que vous dites tout le temps !
–Vous, Audrey Sancho, vous m’apporterez le scalp du général Pikachu sur un plateau.
Puis elle se pencha vers la silhouette recroquevillée à ses pieds, lui caressa la nuque.
–Quant à toi, mon petit La Foufouille, tu m’apporteras la tête de chaque membre de ce putain d’escadron de rebelles
La colère montait en elle, mais La Foufouille la calma aussitôt en lui léchant la main. Sancho acquiesça et sortit. Les rebelles étaient mal maintenant que Sancho était à leurs trousses. Une dernière fois, elle dit :
–Rejoins-moi du Côté Obscur de la Force…
*****
We are always more afraid than we wish to be, but we can always be braver than we expect.
Avatar de l’utilisateur
Sebastien
Bisounours incompris
Messages : 2852
Inscription : 28 août 2010, 22:07
Localisation : Chez moi
Contact :

Re: La Guéguerre des Etoiles (roman-humour)

Message par Sebastien »

Pour ma part je lis très peu de FF, mais là je dois dire que j’ai bien rigolé. Les personnages sont bien campés et ont tous une personnalité. Vivement des scènes de combat avec ces bras cassés. :)
- Dis papi, c’est quoi cette vieillerie que tu appelles « Univers Etendu » ?
Avatar de l’utilisateur
Minos
Messages : 946
Inscription : 14 août 2010, 21:06
Localisation : Morbihan
Contact :

Re: La Guéguerre des Etoiles (roman-humour)

Message par Minos »

Souvenirs, souvenirs !

Ça faisait longtemps que j'avais pas relu la guéguerre ! :D
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Avatar de l’utilisateur
Notsil
Messages : 825
Inscription : 14 août 2010, 13:21
Localisation : Belgerie

Re: La Guéguerre des Etoiles (roman-humour)

Message par Notsil »

Merci ;)

J'ai pris un coup de vieux en relisant aussi...
We are always more afraid than we wish to be, but we can always be braver than we expect.
Avatar de l’utilisateur
Notsil
Messages : 825
Inscription : 14 août 2010, 13:21
Localisation : Belgerie

Re: La Guéguerre des Etoiles (roman-humour)

Message par Notsil »

Tiens, parce que je devais quand même poster la suite, et que de toute façon je n'aurais jamais autant de retard que Minos :)


Pour une fois, le silence régnait au sein du Chrisaor. Normal, c’était la nuit. Et même si l’équipage s’amusait bien pendant son travail, il n’était pas du genre à faire des heures sup’ : la nuit servait à dormir…sauf pour quelques irréductibles bien sûr ! Les chambres du lieutenant Pauline et du commandant Edwige étaient situées juste au-dessous des appartements du général. Aussi, la nuit était pour elles le moment d’une intense activité, occupées qu’elles étaient à fabriquer des gadgets destinés à la chambre de Pikachu. Mais si ce n’était que ça…encore, ça irait ! Pourtant, il y avait autre chose, parfois au milieu de la nuit retentissait une musique infernale. C’était Edwige qui était mélancolique (à cause de Mirage !). Elle jouait de cet instrument primitif qu’elle avait récupéré sur une planète tout aussi primitive : cela s’appelait l’orgue d’Eglise et venait de la Terre. En même temps, elle avait récupéré des partitions d’un certain J.S. Bach, entre autres La toccata et fugue en Ré mineur, un truc bien grave qui faisait vibrer tout le vaisseau à chaque fois qu’elle le jouait. Heureusement, sa chambre était insonorisée. Il y avait juste un micro posé sur l’orgue et branché sur les haut-parleurs de la chambre de Pikachu. Celui-ci se déclenchait à chaque fois qu’elle jouait et cela abreuvait notre ami d’une charmante mais bruyante musique. Voilà pourquoi tous les matins le général se réveillait avec des poches sous les yeux et la gueule enfarinée. Le pauvre n’avait jamais réussi à localiser l’orgue puisqu’il était caché par un faux mur lorsque l’on entrait dans la chambre d’Edwige (Vive le progrès !). Et quand le général essayait d’en parler, tout l’équipage rétorquait en cœur qu’il avait des hallucinations…
La vie continuait à bord du Chrisaor alors qu’un grand danger se profilait à l’horizon.
–Salut, c’est moi, je suis Sancho de Couba, Tchik Tchik y Boom. C’est moi le danger !

*****

–Bon, il va falloir que ce cinéma cesse. Vous savez très bien que nous sommes en période de guerre et franchement, j’ai plus l’impression d’être dans une maternelle que dans un vaisseau de guerre.
–Une maternelle où tous les élèves se saoulent tous les soirs.
–Très drôle, mon cher…Rappelez-moi votre nom, je vous prie, dit froidement Sébastien Fighter.
–Gaulois…My name is Gaulois…Romain Gaulois, déclara fièrement le quidam qui semblait s’appeler Gaulois.
Le commandant Edwige La Chouette se leva et expliqua "calmement" (comme cela lui arrivait parfois !)
–Je suis tout à fait d’accord avec vous, M. Fighter…
Elle s’arrêta quelques secondes sans s’occuper des huées de ses collègues puis reprit :
–Cependant, je me permets de nuancer vos propos. Effectivement, nous sommes en période de guerre ; alors oui il faut être sérieux…mais seulement en mission. Le reste du temps, j’estime qu’il est très important que chaque membre de l’équipage puisse décompresser, et ce, pour son équilibre psychologique. Je veux que mes hommes soient toujours en forme.
–Et vous n’avez rien trouvé de mieux pour décompresser que de vous amuser aux dépens du général ?
Edwige fixa Sébastien puis avoua franchement :
–Non.
Cela déclencha immédiatement les applaudissements des membres d’équipage. A cette seconde, le général Pikachu sut qu’il avait perdu cette bataille. Si effectivement ses hommes se calmaient pendant quelques temps, les "bonnes blagues" reprendraient bien rapidement. Après quoi, Sébastien Fighter annonça l’arrivée de Patricia. Audrey Bumbo, quand elle la vit, hurla :
–Non, pas elle !
Patricia rétorqua :
–Et ben si ! Et maintenant que je suis là, tu ne pourras plus te débarrasser de moi.
Après quoi, elle fit un grand sourire enjôleur au général qui, rougissant, se dépêcha de détourner le regard de son décolleté. Il commença le briefing :
–L’heure est grave…

*****

–Ah, ah, ah ! Vous commencez tous vos briefings comme ça, rétorqua Sébastien.
–Bon, c’est vrai…Voilà ! Nos routes de commerce sont attaquées par des forces impériales, ce qui bloque nos sources de revenu, et donc vos salaires par ailleurs. Nous devons trouver ces forces, les détruire ainsi que leurs infrastructures et capturer leur chef.
–Des informations sur leurs forces ? demanda Fabien, le spécialiste en infiltration et sabotage.
–Et bien…Selon le Haut Commandement, elles ne sont pas immenses.
Un brouhaha se fit entendre.
–S’il vous plaît, calmez-vous. Je sais que vous avez remarqué comme moi les forces déployées. Je pense que le Haut Commandement nous cache quelque chose sur leur importance. Je vous demanderais de rester prudents. Vous pouvez disposer…
Les pilotes se dispersèrent.
–Un instant ! Edwige, Pauline, Bumbo et Mélanie, venez me voir.
Les quatre pilotes s’avancèrent : Edwige, toujours souriante ; Pauline avec son regard espiègle et les deux sorcières de Dathomir qu’on pourrait trouver superbes si elles n’avaient pas cette faculté à charmer les hommes (mais bon même sans cette faculté elles font déjà partie des plus belles femmes du vaisseau) et leur haine relative pour les hommes.
–Bon voilà. Vous avez dû sentir un trouble dans la Force. Je pense que des Sith sont dans les forces impériales. Je vous demande de faire attention si nous les rencontrons.
–Ne vous inquiétez pas. On sait se débrouiller, répondit Edwige.
–Au contraire de vous, rétorqua Mélanie.
–QUOI ? ? ? Mélanie, venez s’il vous plaît.
La pilote s’approcha.
–Bon, je sais que c’est Faudé qui vous a formé, mais c’est pas la peine de reporter la haine qu’elle me porte ; d’ailleurs je me demande toujours ce que je lui ai fait… J’ai pourtant fait tout ce qu’elle me demandait…
–Normal que vous ne compreniez pas…Vous êtes un homme !
–Bon on reprendra cette discussion plus tard. Vous pouvez disposer.
Le général se retrouva seul.
–Mais qu’est-ce que je lui ai fait ? J’étais pourtant fier d’être le seul homme qu’elle ait formé. Je ne comprends vraiment pas.
Il rentra dans ses quartiers.

*****

–Bien dormi général ? demanda le commandant Fighter.
–Non…Il faut vraiment que je débranche ces haut-parleurs.
–Bon, pour te réveiller je te propose un petit tournoi…
–Un tournoi ?
–Une petite joute spatiale…
–Tu as amené le Krishna ?
–Oui, mais, tu sais, je l’ai modifié : boucliers plus résistants et deux lasers en plus. Et toi, toujours un YT-1300 ? (Note de la Recopieuse : pour tous ceux qui savent pas ce que c’est, ça ressemble au Faucon Millenium)
Le commandant eut un sourire, pensant qu’il avait toutes les chances de gagner contre un YT-1300.
–Pas tout à fait…Viens avec moi.
Ils partirent pour le hangar.
–Alex ! Vous pouvez nous ouvrir l’Otana?
–Bien sûr, répondit le chef mécano, twi’lek à la peau bleue. Vous voulez continuer à le modifier ?
–Pas aujourd’hui.
Le commandant fut stupéfait.
–Mais, mais …
–Et oui, c’est un YT-2000.
–Ça n’existe pas !
Le vaisseau avait un peu l’ancienne structure du YT-1300 mais on ne le reconnaissait pas : le cockpit était au centre, la partie cargo était plus bombée et elle était flanquée de deux tourelles en haut et en bas.
–J’ai aussi rajouté un canon à ions, amélioré les moteurs et les boucliers.
–Y’a combien de membres d’équipage ?
–De deux à quatre.
–Qui était le pilote avec toi ?
–Eh bien c’était mon second.
–Ah, désolé…On ne fait pas cette joute alors.
–Si, si attends…
Le général demanda à tous les pilotes de venir au hangar.
–J’ai besoin d’un membre d’équipage pour l’Otana, pour une joute avec le commandant. Qui veut venir avec moi ?
Tout le monde resta bouche bée.
–Personne ?
–Si, moi, répondit Edwige hâtivement.
–Bien si vous voulez il y a deux places de libre encore…
Les lieutenants Le Spain et Gaulois se proposèrent.
–Bien vous serez les deux canonniers. Si les autres pilotes veulent assister au combat, ils pourront le faire sur la passerelle. Rendez-vous dans deux heures.
Il s’en alla.
–Il est malade ou quoi ? Il nous a jamais laissé approcher de son vaisseau, remarqua l’Innocente.
–Il a besoin de nous maintenant, dit Edwige. Je vais enfin voir comment il réagit au combat.
–Qui ? Le vaisseau ou le général ?
–Les deux…

*****

Les deux vaisseaux étaient prêts à décoller.
–Après vous, général !
–Non, vas-y en premier. Ton vaisseau est plus souple…
–A vos ordres mon général ! dit Sébastien d’une voix ironique.
Le Krishna sortit. C’était un VAI de la même sorte que celui de Boba Fett, mais avec deux lasers en plus sur les côtés. L’Otana sortit à son tour. Les deux vaisseaux se retrouvèrent face à face à deux klicks de distance.
–Voilà les règles. Trois manches : le premier qui a perdu son bouclier a perdu la manche.
–D’accord.
–Go !
Les deux pilotes poussèrent leurs vaisseaux à pleine vitesse. Le VAI entama un piqué. L’Otana le suivit.
–Canonniers, préparez-vous à le mitrailler !
–On va le mettre K.O, mon général !
L’Otana se rapprochait du VAI quand celui-ci, plus souple, entama un virage très serré. L’Otana tenta de le suivre mais le perdit.
–Canonniers, vous le voyez ?
–Non, général, il n’est pas sur nos écrans…
–Edwige, est-il sur les radars ?
–Non, ce n’est pas possible ! …attendez ! Il est juste derrière !
–Et merde ! Dans l’angle mort !
Le VAI n’eut pas de mal à enlever les boucliers de l’Otana.
–J’ai gagné la première manche, général…
–Bien commandant.
Les deux vaisseaux reconstituèrent leurs boucliers. Puis ils recommencèrent. Cette fois, le général anticipa les manœuvres du VAI et les canonniers eurent la joie de détruire les boucliers du VAI.
–Je suis impressionné, général ! dit Sébastien.
–Tu utilises la même technique, Sébastien…
–O.K, je vais changer…
Cette fois les deux vaisseaux restèrent face à face. A distance de tir ils se mitraillèrent ensemble jusqu’à ce que l’Otana entame une manœuvre d’évitement. Le VAI le suivit mais ne put l’accrocher.
–Bon, on va l’avoir cette fois-ci, s’exclama Pikachu.
–Hum…Non général ! Je voudrais surtout pas vous déranger…mais je crois qu’on a un problème !
–C’est ça, c’est ça ! Écoutez commandant, vous ne voyez pas que je suis occupé.
–Oui, vous êtes occupé, d’accord…. Mais là, on a un gros problème.
–Arrêtez vos histoires et regardez les radars ! Enfin, cessez de m’importuner quoi !
–Mais putain mon général, regardez-les ces radars !
Edwige criait et était véritablement en train de piquer une crise ! Pikachu voyant son état, s’approcha des dits radars. Et au moment où Pikachu baissait les yeux sur le radar, une musique infernale retentit sur tous les canaux de communication :
–Yé suis Sancho de Couba ! J’aime danser la salsaaaa ! Et yé dit Tchik tchik y boom, tchik tchik y boom !
Les quatre membres d’équipage étaient pliés en deux en essayant désespérément de se boucher les oreilles. Le commandant Edwige hurla :
–Alors, vous voyez mon général qu’il y avait un problème ?
–Comment, je n’entends pas ?
–Vous n’êtes qu’un idiot !
–Comment, je n’entends pas ?
–Vous n’êtes qu’un idiot !
La musique s’arrêta avant la fin de sa phrase. Pikachu fixa les trois pilotes qui venaient de hurler et leur dit :
–Alors, je ne suis qu’un idiot ?
Une voix retentit dans le canal de communication :
–Bon, c’est pas le moment de se disputer, faut le débarrasser de ce pot de colle.

*****

–Mais qu’est-ce que c’est que ce bordel ? fit Pikachu, qui n’avait toujours pas compris. Edwige lui expliqua la situation.
–C’est très simple, général. D’abord, il y avait deux vaisseaux, le vôtre et celui de Sébastien, et maintenant, il y en a trois. Et pour passer de deux à trois, on ajoute un. C’est enfantin, et cela signifie donc logiquement qu’un autre vaisseau vient nous attaquer.
Elle avait dit cela sur le ton d’une mère qui s’adresse à son fils.
Aussitôt, Pikachu s’époumona :
–Branle-bas de combat ! Tout le monde à son poste !
Le lieutenant Pauline ouvrit l’intercom et annonça d’une voix froide :
–Avec tout le respect que je vous dois, général, cela fait plusieurs minutes que nous y sommes. Nous n’attendons plus que vous.
Un silence pesant s’installa. Il fut brutalement interrompu par une forte secousse du vaisseau.
–Boucliers à quatre-vingt pour cent du nominal, annonça aussitôt Edwige, retrouvant ses réflexes professionnels.
–Nous n’arrivons pas à les avoir, lancèrent Le Spain et Gaulois. Ils parviennent à éviter tous nos tirs.
–Utilisez la Force ! cria Pikachu. Vous êtes des Jedi, oui ou non ?
Au moment où il disait ces mots, tous les occupants du vaisseau sentirent une chape de froid tomber sur eux. Pikachu et la Chouette échangèrent un regard inquiet.
–Que se passe-t-il ? demandèrent Gaulois et Le Spain.
–Ils n’ont rien compris, murmura Pikachu.
–Normal, ils ont moins d’expérience que nous, rétorqua Edwige.
–Ne cherchez pas à comprendre et bousillez-moi ce vaisseau ! ordonna Pikachu dans l’intercom.
Surprise par la véhémence du ton du général, Le Spain répondit :
–A vos ordres.
Les deux canonniers se concentrèrent davantage, et un tir parvint à sa destination, soit LE point faible des boucliers des vaisseaux de cette classe. Les boucliers furent réduits à néant. Un autre tir, tiré cette fois par Gaulois, bousilla un stabilisateur.
Alors qu’ils allaient le rattraper, il fila dans l’hyperespace. Gaulois lança un juron. Mais l’intercom était resté ouvert et Pikachu avait tout entendu.
–Essayez de vous contrôler, Gaulois. Un Jedi est censé avoir une certaine sagesse, sérénité et maturité, et par ce vocabulaire inapproprié, vous nous déshonorez. Compris ?
–Compris, général, répondit Gaulois, complètement abasourdi.
Ils rentrèrent à la base.

*****

–Boubou ! Vous me récupérez les informations des enregistreurs de vol et vous me les transmettrez ainsi qu’au lieutenant Pauline.
–Bien, général !
Les autres pilotes arrivèrent dans le hangar.
–On a tout vu depuis la passerelle mais on n’a pas pu vous contacter à cause de cette musique…
–Qu’est-ce que c’était comme vaisseau ?
–Nous n’en savons rien, répondit Edwige. Pikachu et Pauline s’en occupent.
–Pikachu ? ? ? s’étonnèrent les pilotes.
–Eh oui, quoi qu’on en dise, c’est un expert en conception de vaisseaux et il doit s’y connaître plus que vous dans les vaisseaux du passé et du présent.
–Ça doit être sa seule qualité…. dit Mélanie.
–Mélanie ! Mais qu’est-ce que tu as donc contre lui ? demanda Fabien.
–Oh toi, la ferme ! Vous vous supportez entre hommes…
–Je ne sais pas ce qui me retient de te…
Fabien s’avança mais fut comme paralysé à deux mètres de Mélanie.
–Qu’est-ce qui m’arrive ?
–Ce n’est jamais bon de s’attaquer à quelqu’un contrôlant la Force. Calme-toi et je te libérerais.
–Arghh ! D’accord, dit Fabien, dépité.
Il fut libéré et partit.

*****

–Je suis sûr de les avoir déjà vus quelque part…dit Pikachu, perplexe.
–Mais ces informations ne correspondent à aucune de celles des vaisseaux en service, répliqua Pauline.
–Cet aspect, cette noirceur…
–Laissez tomber général. Ça doit être un nouveau type de vaisseau.
–Non ! Je suis sûr qu’il a déjà pas mal d’années derrière lui. Ses moteurs ne sont pas assez évolués pour être récents. Mais où est-ce que j’ai vu ces informations ?
Il y eut un silence.
–Ça y est ! Je m’en souviens ! C’était dans les archives de l’Ancienne République.
–Où avez vous pu les consulter ?
–On m’a ouvert les archives de Charmath.
Le lieutenant regarda le général avec étonnement.
–Comment avez-vous fait ? Ces archives ne sont ouvertes qu’aux historiens !
–J’ai eu la chance d’étudier les archives concernant les Sith. J’en avais fait la demande au général Skywalker. Et je peux affirmer que ce vaisseau est un "Infiltrateur Sith". Il était utilisé par les Sith pour leurs diverses actions. Le seul exemplaire de ce vaisseau qu’on ait pu étudier était celui d’un dénommé Dark Maul avant la guerre des clones.
–Mais ça remonte à des lustres !
–A mon avis les Sith ont retrouvé les plans de ce vaisseau et en ont construit un autre.
–Qu’est-ce qu’est capable de faire ce vaisseau ?
–Il est équipé d’un champ de dissimulation qui lui permet, une fois activé, d’échapper aux radars. Il a six canons lasers, peut transporter six passagers et a, à l’intérieur, des instruments de torture, des droïds espions et plein d’autres choses permettant au Sith qui le pilote de faire d’horribles choses.
–Bien…Que faisons-nous maintenant ?
–Eh bien je vais transmettre ces données à Boubou afin qu’il me trouve comment ce champ de dissimulation marche. Il me serait utile ainsi qu’à la Nouvelle République…
–Je crois que je vais vous laisser, mon général.
–Mais faites donc, lieutenant !
Le Spain sortit.
–Mais comment fait-il pour se rappeler de tout ? se demanda-t-elle.

*****

–Qui vous a permis de prendre mon vaisseau ?
L’ambiance était tendue sur la base de Sokaris IV. Dark X² était furieuse.
–Mais regardez-moi son état ! Lieutenant, j’attends une explication !
–Voilà, j’ai appris que Pikachu faisait une joute spatiale dans un secteur éloigné. Le seul vaisseau permettant de passer en hyperespace était le vôtre. J’étais sûre de gagner, mais avec un seul tir ils ont désactivé le bouclier.
–Lieutenant Sancho ! Vous êtes un de nos meilleurs éléments. C’est pourquoi je n’appliquerais qu’une punition très légère : deux semaines au trou !
–Oh non…s’il vous plaît !
–Oh que si ! Capitaine, mettez-moi là au trou !
Et ce fut ainsi qu’Audrey se retrouva au trou. Sans musique, elle déprima gravement, nourrissant en même temps une haine envers Pikachu, qui selon elle était responsable de son état.
–Je vais te faire payer, Pikachu !

*****
On sonna à la porte du général :
–Entrez, fit-il.
La porte s’ouvrit. C’était le lieutenant Eve l’Innocente, une des meilleures pilotes de l’escadron, qui avait amplement mérité son grade de lieutenant.
–Qu’y a-t-il pour votre service, lieutenant ?
–Mon général. J’ai quelque chose à vous avouer. En écoutant la musique, j’ai reconnu la voix et le surnom. Cette personne est…
Eve hésita un instant.
–Eh bien, lieutenant, quelle est cette personne ?
–C’est…ma sœur.
Le général en resta bouche bée.
–Votre sœur ? Je la croyais disparue…
–Oui je le croyais aussi. Mais cela ne fait aucun doute, c’est bien elle.
–Vous pouvez m’en dire plus sur cette musique ?
–C’est une arme qui permet de perturber le cerveau de ceux qui n’y ont jamais été confrontés.
–Donc si elle utilise cette musique la prochaine fois, je ne serai pas affecté.
–Ce n’est pas si simple, général ! Ma sœur sait améliorer les armes. Elle doit changer la fréquence à chaque fois de telle manière que personne ne puisse y résister.
–Je vais faire analyser cette musique pour voir ce que cela donne. Je suis très heureux que vous m’ayez dit ça, lieutenant. Cela nous permettra de résister à cette arme si nous la comprenons.
–J’ai autre chose à vous demander, général…
–Oui ?
–Si vous affrontez encore ma sœur, puis-je avoir la certitude que vous ne la tuerez pas ?
–Dans la mesure du possible.
–J’ai votre promesse ?
–Vous l’avez.
Le lieutenant salua et sortit.
*****


Suite prochainement....
We are always more afraid than we wish to be, but we can always be braver than we expect.
Avatar de l’utilisateur
Minos
Messages : 946
Inscription : 14 août 2010, 21:06
Localisation : Morbihan
Contact :

Re: La Guéguerre des Etoiles (roman-humour)

Message par Minos »

Notsil a écrit :Tiens, parce que je devais quand même poster la suite, et que de toute façon je n'aurais jamais autant de retard que Minos :)
Mais-heu !

Toujours aussi sympa, sinon. ;)
Si le retard était une religion, j'en serais le pape...
Avatar de l’utilisateur
Notsil
Messages : 825
Inscription : 14 août 2010, 13:21
Localisation : Belgerie

Re: La Guéguerre des Etoiles (roman-humour)

Message par Notsil »

Allez, tiens, pourquoi pas une suite ?


Le Chrisaor poursuivait sa route dans la galaxie. Pour une fois, le silence régnait sur la passerelle, ce qui surprit le général Pikachu. Alors qu’il allait leur en faire la remarque, le commandant en second poussa un cri de joie :
–J’ai battu le record ! J’ai dépassé le record du général !
C’est alors qu’il remarqua les sourires crispés de ses camarades. Il se retourna lentement…et aperçut le général en face de lui. Fighter parvint à sourire :
–Heu…salut ! Au fait, je t’ai battu.
–J’avais remarqué, fit Pikachu tout en lui lançant un regard noir. Un sourire sardonique s’afficha sur son visage :
–Et voici ta récompense.
Sébastien trouva (avec justesse) ce sourire de mauvais augure.
–Va trouver les pilotes d’ailes-X, je parle bien sûr de l’escadron du commandant Edwige, et demande-leur de compiler les fichiers sur le Sith Infiltrator.
–Tu n’es pas sérieux ? fit-il avec un sourire forcé.
–Un Jedi ne plaisante jamais, fit solennellement Pikachu.
Le sourire disparut du visage de Sébastien. Il soupira.
–Bon. Eh, bien, à bientôt, j’espère.
–J’irai te voir à l’infirmerie, lança Pikachu tandis que Fighter quittait la salle.

*****
Sébastien avançait vers les quartiers de l’escadron Cygnus, tout en se disant qu’il avançait vers sa mort. Au moment où il mettait la main sur la poignée des quartiers du commandant Edwige, une alarme retentit.
–Je suis sauvé ! pensa-t-il. Mais il se trompait. La porte s’ouvrit à la volée et vint heurter Fighter, le plaquant contre le mur.
Edwige, qui en ouvrant la porte, entendit des os craquer, se retourna, mais ne vit rien. Elle partit au pas de course vers son aile-X.
Sébastien se traîna comme il put à l’infirmerie, où le droïd médical lui posa un pansement. Puis il se dirigea vers son poste. En arrivant, Pikachu lui donna un grand coup dans le dos.
–Alors, comment tu t’en es sorti ?
–J’ai une côte cassée, grimaça-t-il.
–Ah…désolé, je ne savais pas. Elles t’ont tabassé ?
–Non. Je me suis pris une porte.
–Un Interdictor et une escadrille de TIE ont tendu une embuscade, et nous y sommes tombés dedans, annonça l’officier tactique.
Le général Pikachu appuya sur un bouton de l’intercom.
–Commandant Edwige, vous avez l’autorisation de passer à l’attaque.
–A vos ordres.
Les ailes-X quittèrent le hangar et se portèrent à hauteur de l’escadrille adverse.

*****

Presque aussitôt, un TIE vint se positionner derrière l’appareil du lieutenant Le Spain, et un sourire de satisfaction s’afficha sur ses lèvres. Elle appuya sur un bouton, et des lasers sortirent de l’arrière de l’aile-X. Elle utilisa la Force pour avoir le TIE qui la suivait dans sa ligne de mire.
Au moment où elle allait appuyer sur la détente, le TIE se désintégra.
–Non !
–Salut Neuf ! Ça va mieux maintenant ?
–Oui…oui…merci, maugréa-t-elle.
Elle attendit qu’un autre vaisseau la prenne en chasse, et cette fois-ci, elle le désintégra.
Puis elle bascula plusieurs commandes, et un camouflage holographique donna l’impression que son appareil était un Affreux. Elle se lança au cœur de la flottille, et descendit cinq vaisseaux ennemis, losque l'un de ses coéquipiers la prit en chasse. Aussitôt, elle coupa son camouflage.
–Eh alors, Dix, qu’est-ce qui te prends ? Tu ne reconnais pas ta coéquipière ?
–Excuse.
En moins de cinq minutes, le secteur fut nettoyé. Détruire l’Interdicteur fut laissé au commandant Edwige, qui détruisit d’une torpille le générateur de bouclier et de deux autres la passerelle, ce qui provoqua une réaction en chaîne qui aboutit à la désintégration du vaisseau.

*****

–Voici le total des destructions : Le Spain, six vaisseaux ; L’Innocente et Marco, deux vaisseaux ; Mélanie et Bumbo, un vaisseau ; Edwige, un croiseur, rien que ça ! ; les autres, rien.
Le général faisait le récapitulatif de la bataille.
–Aucune perte. Aucun dégât pour nous. Je vous félicite !
–C’était trop facile ! dit Nicolas, Cygnus Douze.
–Peut-être, mais tu n’as détruit personne, répliqua Gaulois.
–Ferme-la, Gaulois !
–Du calme messieurs ! intervint Pikachu, vous aurez l’occasion de faire d’autres victimes plus tard quand nous trouverons ces forces impériales. Vous pouvez regagner vos quartiers.
Les pilotes partirent.
–Sébastien, tu peux dire à Patricia de venir, s’il te plaît ?
–D’accord. Qu’est-ce que tu veux faire ?
–Lui faire passer un test.
–O.K.

*****

–Entrez donc, Patricia. Voilà ce que j’ai à vous proposer comme mission : vous devrez dresser le portrait de chacun des pilotes de l’escadron Cygnus, sauf ceux qui utilisent la Force, c'est-à-dire Edwige, Paulien, Mélanie, Gaulois et votre sœur.
–Mais c’est trop facile !
–Pas vraiment. La sécurité est très forte autour des pilotes. Vous avez le droit de tout faire sauf l’assassinat, d’accord ?
–Pas de problèmes.
–Vous pouvez disposer.
Patricia partit.

*****

–Général, une communication codée arrive.
–Passez-la sur mon écran.
L’image apparut. On ne distinguait pas la silhouette de l’interlocuteur.
–Qui êtes-vous ? demanda le général.
–Agent Mirage des renseignements.
–Quoi ? ? C’est vous Mirage ?
–Vous me connaissez ?
–Non, mais une de mes pilotes vous connaît…Le commandant Edwige.
–Ah…oui…Edwige…Bon, le but de ma communication est très simple : je sais où se trouvent les chefs des forces impériales.
–Ah ! Ça m’intéresse !
–Ils se trouvent sur Sokaris IV. Ce sont Dark X² et le capitaine Kigos.
–Dark X² ! Oh non, pas elle ! Merci pour le renseignement, Mirage.
La communication s’interrompit.
–Pas Dark X² ! Je dois la battre cette fois-ci !

*****

Sébastien Fighter, le commandant Edwige et son second Le Spain attendaient le général Pikachu devant ses appartements. Edwige s’exclama :
–Comme toujours, il faut qu’il se fasse attendre !
–Ouais, il joue sa STAR, renchérit Le Spain.
Sébastien Fighter ne dit rien car il comprenait qu’elles plaisantaient, contrairement à Pikachu qui, pour un Jedi, avait le cerveau un peu lent ! Pourtant, après vingt minutes de retard, il se décida tout de même à pointer le bout de son nez.
–Excusez-moi, j’étais occupé avec Patricia…
–Occupé avec Patricia, sourcilla Edwige.
–Ouais ! J’imagine très bien leurs occupations à ces deux-là ! s’exclama Le Spain.
Pikachu était tellement outré qu’il ne trouva rien à répliquer. Ce fut donc Edwige qui s’en chargea :
–S’il vous plaît, lieutenant ! Pas de ça chez nous ! dit-elle d’une voix moqueuse.
Pikachu exaspéré composa le code secret d’ouverture de ses appartements (que tous les pilotes connaissaient sans qu’il le sache !) et fit entrer ses trois invités. Il les fit s’installer sur un canapé en cuir de Rancor (qu’il adorait bien que tout l’équipage ait essayé de le faire s’en débarrasser tant il était moche !). Après quoi, il leur proposa quelques boissons. Sébastien Fighter prit un verre d’eau (car il ne buvait jamais pendant le service) et Pikachu fit de même. En revanche, les deux filles profitèrent de l’occasion pour piquer un peu de la réserve personnelle de brandy coréllien du général. Elles burent plusieurs verres de suite cul-sec mais ne furent pas saoules pour autant ! Elles furent juste un peu plus détendues ! Alors la conversation commença :
–L’Innocente a formellement identifié notre agresseur, il s’agit de sa sœur Sancho.
–Quoi ? s’exclama Edwige, mais je la connais, on était à l’Académie Jedi ensemble. Tu ne te souviens pas, Pauline ? Celle qui chantait et dansait tout le temps !
Le lieutenant prit le temps de réfléchir puis ajouta :
–Ah, oui, ça y est, je me souviens. Celle qui était toujours joyeuse.
–Un peu comme toi, se moqua Edwige.
Le Spain ne releva pas le vent mais ajouta :
–Ainsi, elle aurait mal tourné ?
–Qui te dit qu’elle a mal tourné ? Dark X² lui a peut-être fait un lavage de cerveau…
–Comment savez-vous qu’il s’agit de Dark X² ? la coupa Pikachu.
–Parce que c’était écrit sur la coque du Sith Infiltrator : il s’appelait Le Côté Obscur de Dark X²
–Parce qu’elle a un côté lumineux ! s’exclama Le Spain.
Fighter, qui n’avait rien dit jusqu’à présent, dit froidement (normal, le verre d’eau ça rend pas joyeux) :
–Bon, et pourquoi ne pas l’avoir dit plus tôt ?
Edwige n’apprécia pas le ton cassant et répliqua :
–Parce que ! …Et puis vous savez lire, vous n’aviez qu’à regarder !
–Respect, commandant, murmura Pikachu, ce qui eut pour effet de l’énerver encore plus :
–Quoi respect ! Ziva fais pas iech ! T’es relou. Faut pas m’énerver parce que moi, je vais te péfra !
Le brandy coréllien avait attendu dix verres pour accomplir son œuvre, mais du coup, Edwige était déchaînée. Pikachu trouva quand même une idée pour la calmer :
–Au fait Edwige, j’ai vu Mirage.
–Quoi ! ! ! s’étrangla la jeune fille.
–Heu non, je ne l’ai pas exactement vu, puisque son image était codée.
–Ouf ! soupira Edwige qui ne voulait pas que l’on sache qui c’était, et surtout pas Pikachu !
Tout à coup, la porte s’ouvrit et Perrine Caliméro entra. Pikachu s’exclama, visiblement énervé :
–Quoi, vous connaissez le code de mes appartements ?
En effet, Caliméro était tellement absorbée qu’au lieu de frapper, elle avait composé le code et était entrée, mais elle dit seulement :
–Mon général, on a un problème !

*****

–Quoi ? ? Mais c’est pas vrai ! ! Encore ! C’est quoi, cette fois-ci ?
–Une inspection du Haut Commandement, général.
–Dans combien de temps ?
–Une demi-heure, général.
–Edwige et Pauline, occupez-vous d’organiser le nettoyage du vaisseau. Je m’occupe de la passerelle.
–A vos ordres.
Tandis qu’elles sortaient, Pikachu se demanda soudain s’il avait bien fait de leur confier cette mission…

*****

–Je crois qu’on va s’éclater, fit Le Spain à son supérieur.
–Occupe-toi de repeindre la salle de garde et de repos. Je prends les couloirs.
Pauline prit la peinture, et commença par peindre un fond jaune vif. Puis elle dessina des cercles noirs concentriques et écrivit au-dessus :
VOUS AVEZ ENVIE DE DORMIR,
DORMIR…D-O-R-M-I-R
Ensuite, elle peint de grands Z, et ajouta quelques oreillers. Enfin, elle se recula et contempla son œuvre d’un air satisfait. Elle pensa alors à la tête que Pikachu ferait lorsqu’il entrerait dans cette salle, et laissa échapper un drôle de sourire. Il allait être drôlement surpris…
Pendant ce temps, Edwige n’était pas restée inactive. Elle avait peint les murs de couleurs flamboyantes : bleu, rouge, violet, … avec des motifs chatoyants : des arcs-en-ciel, des nébuleuses, des vaisseaux…Une aile-X était peinte sur la porte des quartiers des pilotes, et elle n’avait pu résister à l’idée de peindre un Pikachu sur la porte des quartiers du général.

*****
Les généraux Solo et Skywalker, chargés de l’inspection, descendaient de la navette qu’ils avaient empruntée et qui était garée dans le hangar du vaisseau.
Le général Pikachu et ses officiers se tenaient au garde à vous, prêts à les escorter. Le général Pikachu était un peu nerveux. Il ne savait pas pourquoi, mais il sentait que quelque chose n’allait pas et que ça allait mal se terminer. Un court instant, il jeta un coup d’œil au commandant Edwige et à son lieutenant Le Spain. Toutes deux se soutenaient mutuellement pour ne pas tomber (car ne l’oublions pas, elles étaient saoules). Mais les inspecteurs ne semblaient pas l’avoir remarqué, ou alors ils ne le montraient pas.
Pikachu se dirigea vers un couloir. Aussitôt, il lui sembla qu’il y avait un truc bizarre. Il jeta un coup d’œil à l’intérieur et vit une fresque peinte sur les murs ! Ses poings se serrèrent sous l’effet de la colère, et il jeta un regard noir à Edwige et à Pauline. Avec un soupir de résignation, il s’engagea dans le couloir, suivi par Solo et Skywalker. Ce couloir était vert pomme, et Solo s’exclama :
–Quelle jolie couleur !
Skywalker, lui, ne dit rien. Arrivés à une intersection, Pikachu aperçut un couloir blanc et un rose. Il décida de choisir le blanc (on se demande pourquoi…). Après plusieurs détours, ils arrivèrent dans une sombre impasse. Mais tout d’un coup la lumière fut et le «BOOH ! » apparut. Pikachu ne trouva rien de mieux à dire que :
–C’est pas ma faute !
(En musique bien sûr)
Solo faisait de grands efforts pour se retenir de rire. Ils firent demi-tour, et Pikachu entra dans le bar. Lorsqu’il aperçut l’inscription inscrite sur le mur, il faillit tomber. Il eut un sourire forcé vers ses invités :
–Il faudrait refaire la déco…
Mais les inspecteurs entrèrent et découvrirent ce mot :
REJOIGNEZ-NOUS DANS LE CÔTE OBSCUR,
AU 05.00.00.11.38
Solo donna un coup de coude à Skywalker :
–Qu’est-ce qu’on se marre chez certains Jedi !
Skywalker ne releva pas le vent et continua à n’afficher aucune réaction sur son visage impassible.
Dans la salle de garde, ce fut le même topo, et Pikachu dut se retenir pour ne pas tuer Edwige et Pauline par la pensée. Ils empruntèrent un couloir "décoré", et Solo demanda soudain :
–Dans le bar, je n’ai vu que deux bouteilles…où sont les autres ?
Avant que Pikachu ne puisse répondre, Nicolas arriva et fit en riant :
–Elles sont là ! , tout en désignant son estomac du doigt. Il se retourna et désigna les pilotes derrière lui.
–Et aussi là ! là ! et là !
Pikachu fit :
–Et si on continuait la conversation dans mes quartiers ? Commandant Edwige et lieutenant Pauline, vous venez ?
–Heu…non, non !
–Dans ce cas, rassemblez toutes les bouteilles d’alcool du vaisseau sur le pont, fit Skywalker.
–A vos ordres.
Pikachu se dirigea vers ses quartiers et s’immobilisa soudain à deux mètres de la porte :
–Non…elles n’ont pas pu faire ça !
Solo s’approcha.
–Quoi, ça ? fit-il, amusé.
–Heu, rien, rien.
Solo écarta Pikachu et ne put retenir plus longtemps son hilarité. En effet, un magnifique petit animal jaune ornait la porte (cf. dessin). Cet animal portait de grandes oreilles à bout noir et avait des petits ronds rouges à la place des joues.
Solo s’exclama :
–Qu’est-ce que c’est que ça ?
Le Spain s’avança, prête à sortir sa science :
–Ceci est un Pikachu, petit animal primitif venant d’une planète tout aussi primitive située sur la bordure : la planète POKEMON.
Edwige se ramena :
–Mission accomplie.
–Vous êtes sûre qu’il n’en reste pas ailleurs ?
Nicolas lança :
–Si, il en reste là !
Il désignait les quartiers de Pikachu. Ils y entrèrent, et virent, à la grande surprise de Pikachu, une vingtaine de bouteille des meilleurs crus de la galaxie.
Pikachu sentait qu’il ne pourrait plus longtemps se contrôler. Heureusement, l’inspection touchait à sa fin. En montant dans la navette, Solo lança à Pikachu :
–Il y avait longtemps que je ne m'étais autant amusé lors d’une tournée d’inspection ! Je vous remercie de la distraction !
Ses paroles laissèrent Pikachu stupéfait.

*****

Pikachu ne convoqua pas ses officiers le soir même de la visite. Il était trop énervé pour cela.
Le lendemain, le lieutenant Le Spain était en train de travailler sur son aile-X, car le chef mécano était incapable de recenser toutes les modifications que le chasseur avait subies. Soudain, une voix sortit des haut-parleurs : c’était Pikachu.
–Je veux tous les pilotes sur le pont ! Immédiatement !

*****

Lorsque le lieutenant Pauline se présenta sur le pont, tous les pilotes étaient déjà là. Le général l’observa d’un œil critique :
–Vous croyez que c’est une tenue ?
En effet, Pauline portait une combinaison de vol tachée de cambouis et d’huile de moteur.
–Vous avez dit de venir immédiatement, rétorqua cette dernière. Si j’avais pris le temps de me changer, je n’aurais pas obéi aux ordres.
–Oui, parlons-en de cette obéissance aux ordres ! rugit-il. Vous avez tous vu ce qui s’est passé hier ! Et j’attends des explications !

*****

–Le général Solo n’est pas un militaire comme les autres, vous l’avez bien vu. Je crois qu’il a aimé notre vaisseau, dit Edwige.
–Ouais, il reviendra et se saoulera avec nous, dit Nicolas.
–Et puis il fallait refaire la déco…remarqua Le Spain. C’était sinistre.
–Et vous appelez ça des explications ! Partez ! De suite ! Vous m’énervez tous !
Les pilotes partirent. Le général fulmina :
–Mais qu’est-ce qui m’a pris d’accepter le commandement de ce vaisseau…Maintenant ma carrière est finie…
Une voix retentit dans l’intercom :
–Général, une communication du Haut Commandement.
–Déjà ? fit-il d’un ton dépité. Bon, eh bien prenons nos responsabilités…
Le général monta à la passerelle et se plaça devant l’écran de communication. Le général Solo apparut.
–Mon général, dit Pikachu, très nerveux.
Le général Solo, remarquant cet état, dit :
–Eh bien, général, qu’est-ce qui ne va pas ?
–Pas de ça avec moi, général ! Je sais très bien ce que vous aller m’annoncer : le vaisseau est en mauvais état, il y a de l’alcool à bord et je ne maintiens pas l’ordre. En un mot, ma carrière est finie !
Le général Solo rigola.
–Mais non ! Pas du tout ! Je vous annonce que le Chrisaor a été décrété meilleur vaisseau de la Nouvelle République. Vous dépassez le Liberté. Général, félicitations !
Le général Pikachu, abasourdi, eut du mal à articuler :
–J’y crois pas !
–Et pourtant, c’est la stricte vérité !
–M…Merci.
–Mais de rien, général. J’espère sincèrement revenir pour goûter à votre superbe collection de vins.
–Quand vous le voudrez, général, fit Pikachu au bord de la syncope.

*****

Le général resta sans bouger pendant une quinzaine de minutes. Puis il sauta de joie sur la passerelle. Alors l’escadron entra et l’Innocente déclara :
–Vous voyez, mon général, tout ça, c’est grâce à nous.
–Vous remarquerez que ce sont des femmes qui ont eu cette superbe idée, déclara fièrement Audrey Bumbo.
–C’est vrai que les mâles sont légèrement trop cons pour avoir d’aussi bonnes idées, renchérit Mélanie.
–Arrêtez de vous moquez des hommes. Ils sont tellement…intéressants à étudier ! s’exclama Patricia.
Caliméro se moqua :
–Tu aimes bien faire des études approfondies sur les hommes ?
Patricia lui jeta un regard noir. La conversation aurait pu continuer longtemps si les filles n’avaient pas senti une forte chaleur sur le côté droit. C’était Pikachu qui chauffait. Le lieutenant Le Spain eut l’excellente idée de lui jeter un seau d’eau pour le refroidir.
–Décidément, ça devient une manie de me mouiller, s’énerva-t-il.
Tout l’escadron le fixa puis éclata de rire. Pikachu fit la moue quelques instants puis succomba à l’hilarité générale. Mais le danger était toujours là :
–Eh oui, c’est moi le danger ! Tchik tchik y boom, vous m’avez reconnue j’espère !

*****


Mouhaha :)
We are always more afraid than we wish to be, but we can always be braver than we expect.
Répondre