Chronique de Lieo (by Benson800)

Pour les Fan Fictions, les Fan Arts.....
Avatar de l’utilisateur
H@n Solo
The Extractor
Messages : 578
Inscription : 15 août 2010, 21:24
Localisation : Bespin
Contact :

Chronique de Lieo (by Benson800)

Message par H@n Solo »

Chronique de Lieo

Cela fait deux semaines qu’il n’a pas vu ni senti la lumière du soleil sur sa peau mais ça, il n’a aucun moyen de le savoir, car il a perdu toute notion du temps. Errant dans les rues sombres jonchées de détritus, de corps de junkies inconscients ou morts, ce jeune humain de dix-sept ans ne sait plus qui il est. La vie qu’il avait il y a encore quelques jours semblait appartenir à un passé révolu et inaccessible, à un rêve qui s’effaçait peu à peu, comme un songe qui s’évanouit, malgré les efforts continuels pour se le remémorer. Ses seules préoccupations maintenant : manger et survivre. Manger tout ce qu’il peut trouver de consommable, dans les poubelles, en chassant des bestioles nauséabondes. Survivre en restant dans l’ombre. Survivre en se cachant des hommes en blancs. Mais était-ce des hommes ? Il n’en était pas convaincu. Des êtres qui se retournaient contre leurs alliés sans aucun état d’âme ne pouvaient être que des machines. Des machines à tuer.

Il devait maintenant faire des efforts surhumains pour se souvenir de ses derniers instants de « vie ». C’était il y a très longtemps à ses yeux, mais environ deux semaines d’après les dates qu’il avait pu lire sur les panneaux d’affichage de l’Holonet, par une nuit chaude, que tout avait basculé. Lui et une personne très proche de lui… son maître, oui, cela lui revenait, lors de son ancienne vie, il était un Jedi, enfin pas vraiment, il n’était encore qu’un apprenti. C’était ça, il était avec son maître et ils discutaient d’un sujet qui l’avait rempli de joie. Il s’en rappela soudain : son maître l’avait félicité, il lui avait indiqué que leur séparation était proche, que bientôt il pourrait mettre en œuvre ses propres décisions et décider lui-même de son avenir. Il lui avait annoncé sa nomination probable au titre de Chevalier Jedi. Cette annonce l’avait rempli de joie comme il n’aurait jamais cru possible, il aurait voulu remercier son maître, et à la fois son ami, lui faire part de son affection et de sa gratitude comme un fils pour un père, mais quelque chose l’avait brisé dans son élan. Le ciel habituellement noir de Coruscant était rouge, rouge comme le sang. Son maître s’était retourné et s’était écrié : « Lieo regarde ! Le Temple ! Le Temple est en feu ! ». Et le sourire radieux du jeune homme s’était crispé sur les lèvres et son regard s’était rempli d’horreur. Il aurait voulut se jeter dans un couloir de navigation avec un speeder pour découvrir ce qui se passait mais son maître l’avait retenu : « Réfléchis ! Ecoute la Force avant de te jeter dans le feu de l’action comme ça ! Je vais y aller, toi reste ici, je te contacte dès que j’ai du nouveau ! ». Et Lieo s’était résigné en regardant son maître s’envoler avec le speeder le plus proche. Il attendit des heures, mais il ne reçut aucun signal, aucun signe dans la Force. Après plusieurs heures d’attente qui lui semblèrent une éternité, il avait décidé d’arpenter les rues lorsqu’il reçut un signal. Son cœur se mit à battre lorsqu’il détecta la source du signal qui clignotait sur son comlink. Le message provenait du Temple : « Le General Grievous a été éliminé sur Utapau. La guerre est terminée ! Le Conseil des Jedi souhaite que tout le monde regagne le Temple pour une explication détaillée et pour fêter la fin de la crise. ». Ses doigts s’étaient crispés d’eux-mêmes par le sentiment d’incompréhension qui l’avait soudain inondé. Les flammes qui s’élevaient du Temple, l’absence de réponse de son maître, tous ces signes étaient contraires à ce qu’annonçait ce message. Comment pouvait-il croire que la situation allait bien ? Lieo avait finalement décidé de rester à l’écart du Temple et de ne pas s’y rendre. Si vraiment il fallait y retourner, son maître finirait bien par le contacter lui-même. Il avait ensuite traîné dans les rues jusqu’à ce qu’il lise un panneau holonet qui indiquait la trahison des Jedi et leur recherche active sur toute la planète capitale. Dès lors Lieo s’était caché et avait changé ses vêtements. Et il avait tenté de survivre.

Il revint à la dure réalité. Dans l’ombre de sa ruelle, il ouvrit une poubelle et chercha quelque chose à manger, mais il ne trouva rien d’autre qu’un reste de nourriture synthétique. Il ne tarda pas à engloutir le peu de nourriture à l’allure pourrie, non sans exprimer une impression de dégoût. Plus le temps passait et plus il se sentait vulnérable et seul. La présence toujours réconfortante de son maître avait disparu, le Temple hors de portée et sûrement trop dangereux. On apprenait aux Jedi dès leur plus jeune âge à se détacher de toute possession et de tout sentiment. Maintenant qu’il était seul, ici, il se rendit compte comme son attachement pour le Temple et l’Ordre Jedi était grand. Et il craignait maintenant avoir tout perdu. Il vivait maintenant dans les bas-fonds. Il avait rapidement appris à se fondre dans la foule si dense et à esquiver les patrouilles des ex-soldats clones républicains. Depuis que ces soldats avaient investi la zone, les rixes de rues s’étaient considérablement réduites. Il fallait dire que désormais les escouades clones tiraient à vue sur tout ce qui semblait être de prêt ou de loin une bataille ou un conflit d’intérêt. Le temps où les services de sécurité des bas-fonds cherchaient avant tout à protéger la population était révolu. Maintenant la sécurité avait été remplacée par des clones, à la recherche de la moindre trace de traîtres Jedi. Lieo avait appris à les esquiver, mais depuis peu, c’était toute une partie de la population des bas-fonds qui menait son enquête dans l’espoir d’obtenir une des nombreuses primes pour l’aide à la capture des traîtres Jedi. Les escouades clones fusillaient sans relâche toute personne qui se mettait sur leur chemin mais aussi des personnes qu’ils considéraient comme dissidents potentiels. Lieo se sentait constamment épié et suivi, comme tout le monde ici d’ailleurs. Mais son cas était différent, car lui avait vraiment été un Jedi.
Si le manque de sommeil et de nourriture avait altéré sa faculté de raisonnement, il était clair aux yeux de Lieo qu’il ne pourrait pas se cacher toute sa vie. Il lui fallait quitter la planète et partir loin, là où il pourrait se refaire, recommencer une nouvelle vie, et attendre les signes de ses pairs Jedi qui avaient survécu. Il devait bien y avoir des survivants parmi les siens. Avec tous les Jedi éparpillés en mission aux bordures de l’ex-République, certains avaient sans doute pu s’en tirer et prendre la fuite. Il allait faire comme eux.
Lorsque le moment fut venu, Lieo se mit en route. Il esquiva nombre de contrôles inopinés et de fusillades perpétrées par des soldats clones sur le chemin du plus proche astroport. Heureusement les vêtements piteux qu’il avait récupérés sur un Junkie mort lui avaient permis de ne pas trop éveiller les soupçons. Evidemment, il ne s’était pas détaché de sa seule chance de survie, son sabre laser, qui était plaqué au fond d’une des poches rapiécées. Lieo eut un sourire amer en pensant que ce qu’on lui avait décrit comme essentiel à sa survie était capable maintenant de provoquer à coup sûr sa mort. Il pénétra dans la grande gare à ciel ouvert où des milliers de personnes de toutes les espèces fourmillaient. Il prit sans attendre la direction des pistes principales et se dirigea vers un cargo qui semblait prêt au départ en se mêlant à un groupe composé de plusieurs Rodiens et de plusieurs humains. Mais il ne tarda pas à voir un groupe de clones qui filtrait les identités à l’entrée de la rampe d’accès. Il ne pourrait pas partir en se mêlant à la foule. Même s’il parvenait à s’envoler à bord du cargo, il ne tarderait pas à être découvert une fois à l’intérieur. Et les soldats n’hésiteraient pas à détruire le cargo en plein vol à cause de sa présence. Il ne devait pas mettre en danger la vie d’autrui, il devait être seul dans son entreprise pour réussir. Il quitta le groupe auquel il s’était joint pour rejoindre le terrain des pistes privées. Il avait dans l’intention de voler un appareil et de quitter le système au plus vite. Peu importe où il irait, il forcerait le contrôle en orbite grâce à l’identification du vaisseau et il pourrait enfin aller ou bon lui semble, sur un monde où il pourrait se refaire. Lieo marchait d’un pas décidé vers un petit vaisseau monoplace aux allures effilées. Il sentit au plus profond de lui un sentiment de malaise derrière lui et lorsqu’il tourna la tête, il vit l’escouade de clones qui contrôlait l’accès au cargo qui courait vers lui, fusil blaster à la main. Il s’était fait repérer ! Il devait absolument les retarder et partir sur le champ. Les soldats n’attendirent pas d’engager une quelconque conversation avant d’ouvrir le feu, le contraire l’aurait étonné. Lieo avait prévu le coup et s’était réfugié derrière une unité de service pour le ravitaillement des vaisseaux. Il saisit le sabre dans sa poche et activa la lame. La sensation qui s’empara de lui et de son bras lui rappela vaguement son ancienne vie, qui n’était déjà plus qu’un souvenir perdu derrière un épais brouillard. Tout se troublait autour de lui, il ne voyait plus qu’une seule chose dans ses pensées et à travers la Force : ce vaisseau, ce vaisseau qui allait le mener vers la liberté. Il n’y avait plus rien autour. Lieo se jeta hors de sa cachette et courut vers le vaisseau. Les clones s’étaient rapprochés et faisaient maintenant feu en le noyant sous une pluie de lasers bleus mortels. Il manipula son sabre dans sa course pour dévier les lasers qui allaient le toucher dans le dos. Il était tout proche de son salut. Il utilisa la Force pour sauter d’un coup sur l’aile gauche du vaisseau qui lui permettrait de sauter dans le cockpit et de se sauver. Un trait bleu lui traversa le poignet envoyant voler son sabre laser sur la piste. La douleur inattendue qui se répandit dans tout son corps le fit chanceler et il s’affala dans sa course contre la carlingue. Il glissa et tenta de se rattraper avec sa main encore valide. Mais il finit étalé sur le dos au sol et avant qu’il ait pu se relever, le canon d’un fusil blaster se plaça juste au-dessus de ses yeux. Il comprit trop tard que son désir de survie l’avait mené à sa fin inévitable. « Meurs, Jedi » Les yeux de Lieo furent baignés d’une lumière bleue intense. Et l’obscurité s’y déposa à jamais
Réalisateur à ses heures perdues...
--> http://www.facebook.com/group.php?gid=156308907720197 (si vous êtes intéressés par des films amateurs !)
Répondre