Topic littérature

Pour parler de tout et de rien, de vos passions autres que Star Wars ou de tout autre sujet autour d'un verre servi par un Ortolan obèse !
Avatar de l’utilisateur
Jaweco
Bras droit de Thrawn
Messages : 1050
Inscription : 25 août 2010, 12:47
Localisation : Somewhere in the middle of nowhere

Re: Topic littérature

Message par Jaweco »

Evan Lupin a écrit :La horde du Contrevent ? c'est noté.
Pour te convaincre, on trouve un peu partout des avis plutôt élogieux. Les commentaires sur Amazon donnent une idée (mis à part les indécrottables adeptes du parti du moindre effort ne passant pas le cap des 100 premières pages).
"One can concentrate so closely on the words of a sentence that one thereby misses the meaning. As can happen in any area of life. You must never lose focus on the larger landscape." - Commander Mitth'raw'nuruodo, Outbound Flight
Wes Anteras
Messages : 209
Inscription : 25 août 2010, 23:08

Re: Topic littérature

Message par Wes Anteras »

Entamé mais pas achevé le cycle de Diana Galbadon, Outlander. Vu que j'aime assez le genre de roman historique, mes parents me l'avaient offert vu que le libraire devait avoir présenté ce cycle comme du roman historique. En fait, c'est assez difficile à classifier cette série de roman : d'un côté on a une partie historique mais de l'autre une romance avec un peu de fantastique. Et c'est là le problème qui fait que je n'ai pas fini le cycle : le niveau de traitement des deux parties est très inégal, la partie historique étant largement supérieure et intéressante à la partie romance. Si bien que quand il n'y a plus d'événement historique à raconter, ben le cycle perd tout son intérêt devenant extrêmement pénible à suivre.

Le pitch raconte une romance improbable : Claire Beauchamps, infirmière née au XX siècle se retrouve lors d'un voyage en Ecosse projetée en 1743, à l'aube du fameux soulèvement jacobite de 1745, en traversant un cercle de menhir. Là elle va rencontrer James Alexander Fraser, un Highlander et la romance improbable entre l'Anglaise et l'Ecossais va se nouer.

Vu comme ça, ce n'est pas très intéressant et c'est le sujet de l'intrigue principale mais en suivant son développement durant les préparatifs et puis l'action du soulèvement et de la vie écossaise de l'époque, cela devient assez intéressant. Mais une fois cet événement terminé, le niveau du cycle tombe au ras des pâquerettes, l'auteur ne parvenant pas à rebondir et tente d'y arriver en amenant l'histoire à la Révolution Américaine.

C'est l'exemple typique d'un cycle de romans qui aurait dû s'arrêter au deuxième livre (les deux premiers concernant le soulèvement jacobite) vu qu'il n'y avait plus de background pour étoffer l'histoire de la romance. Et quand on sait que celle-ci se prolonge sur les 8 romans du cycle (je me suis arrêté au quatrième en commençant à m'endormir en essayant de les lire)...

Bref si les deux premiers livres sont à conseiller, le reste est à oublier, malgré que la fin du deuxième montre clairement l'existence d'une suite
Bilan de LoTF :

So this is Luke Skywalker's Legacy???
Dead wife, dead nephew, mad Imperial war criminal ruling GA. Great legacy...
Avatar de l’utilisateur
Jaweco
Bras droit de Thrawn
Messages : 1050
Inscription : 25 août 2010, 12:47
Localisation : Somewhere in the middle of nowhere

Re: Topic littérature

Message par Jaweco »

Ça me rappelle World Without End, qui sans le fil rouge des Piliers, se vautre en beauté...
"One can concentrate so closely on the words of a sentence that one thereby misses the meaning. As can happen in any area of life. You must never lose focus on the larger landscape." - Commander Mitth'raw'nuruodo, Outbound Flight
Avatar de l’utilisateur
Evan Lupin
Arpenteur silencieux
Messages : 1179
Inscription : 25 août 2010, 20:00
Localisation : Coulommiers 77

Re: Topic littérature

Message par Evan Lupin »

De plume et d'épée, Hubert Monteilhet:

Après un début assez fastidieux, se livre de style autobiographique, nous emmène sous le règne de Louis XIII pendant lequel le narrateur est garde au service du Cardinal. On y retrouve l'univers de Les trois mousquetaires, qui sont d'ailleurs présents dans le livre, le phrasé de l'époque (que j'affectionne), le sens de l'honneur, les complots de Richelieu...un livre au final sympathique.
Il n'y a pas d'ombre sans lumiere, ni de lumiere sans ombre.

Image
Wes Anteras
Messages : 209
Inscription : 25 août 2010, 23:08

Re: Topic littérature

Message par Wes Anteras »

Terminé la série Tales of Dunk And Egg, la préquel à A Song of Ice and Fire

Bon du fait que ce sont des courtes histoires (l'ensemble des trois fait quand même plus de 300 pages), il n'y a pas une structure similaire à celle de la série principale pour l'intrigue mais en revanche on a toujours le caractère des personnages, nous apparaissant humain, sauf quelques-uns qui sont relativement manichéens, l'exception confirmant la règle.

On y apprend plus sur le fameux Egg mentionné dans la série principale ainsi que sur la Rébellion Blackfyre et le fameux Bloodraven. La deuxième histoire est particulièrement émouvante, les deux autres se concentrant sur un tournoi en thème principal.
Bilan de LoTF :

So this is Luke Skywalker's Legacy???
Dead wife, dead nephew, mad Imperial war criminal ruling GA. Great legacy...
Avatar de l’utilisateur
Evan Lupin
Arpenteur silencieux
Messages : 1179
Inscription : 25 août 2010, 20:00
Localisation : Coulommiers 77

Re: Topic littérature

Message par Evan Lupin »

La Maison de Soie, Anthony Horowitz

La relance des anciennes franchise est à la mode, après Carte Blanche et James Bond, on relance ici Sherlock Holmes.

Si le début est très moyen, non pas du point vue style littéraire qui est bon mais plus de ce qui s'y déroule : Watson fait un peu trop de cirage de pompe à propos de SH (il est trop fort, trop intelligent...) et est encore impressionné par les déductions de ce dernier (l'histoire ne se déroule pas après les aventures connus mais avant Moriarty). SH, lui, m'as paru un peu trop bavard au début. Bref, un peu déçus par ce début mais après tout va beaucoup mieux et au final, j'ai particulièrement apprécié ce livre.

L'histoire commence lorsqu'un marchand d'art vient embaucher SH car quelqu'un le suit, le surveille et il se sent menacé. En suivant cette piste, SH va vite tomber sur une autre, qu'il n'aurait peut-être pas du suivre et qui va le confronter à une sombre histoire, mêlant les arcanes du pouvoirs et notables de Londres.


Du coup, j'attaque La Horde du Contrevent. Fait étrange, les pages sont numérotées à l'envers.
Il n'y a pas d'ombre sans lumiere, ni de lumiere sans ombre.

Image
Avatar de l’utilisateur
Jaweco
Bras droit de Thrawn
Messages : 1050
Inscription : 25 août 2010, 12:47
Localisation : Somewhere in the middle of nowhere

Re: Topic littérature

Message par Jaweco »

Personnellement j'ai parfois un peu de mal avec les reprises de Sherlock Holmes... sans doute parce que j'apprécie tout particulièrement les histoires originales de Conan Doyle. Bon Watson a toujours été un peu le premier fan de Holmes mais à la base il reste lucide sur les travers de son ami !

Pour la Horde, tu attaques un gros morceau ! Accroche toi un peu au début, il faut passer la tempête du premier chapitre pour que le contexte commence à s'éclaircir. Mais ça vaut le coup !
"One can concentrate so closely on the words of a sentence that one thereby misses the meaning. As can happen in any area of life. You must never lose focus on the larger landscape." - Commander Mitth'raw'nuruodo, Outbound Flight
Avatar de l’utilisateur
Evan Lupin
Arpenteur silencieux
Messages : 1179
Inscription : 25 août 2010, 20:00
Localisation : Coulommiers 77

Re: Topic littérature

Message par Evan Lupin »

J'avoue que ce passage est assez flou, je viens de le finir mais j'accroche bien.
Il n'y a pas d'ombre sans lumiere, ni de lumiere sans ombre.

Image
Wes Anteras
Messages : 209
Inscription : 25 août 2010, 23:08

Re: Topic littérature

Message par Wes Anteras »

J'ai fini le premier tome de la dernière série de Follet :

Le Siècle : la Chute des Géants

Et on n'est pas loin d'un World Without End bis même si ce n'est pas aussi mauvais, mais bon d'un côté, c'était extrêmement simple de faire mieux que WWE. Ici le contexte est la Première Guerre Mondiale.

Toujours le même schéma des intrigues multiples mais bon au moins cette fois, les personnages se rejoignent dedans, ce qui donne moins l'impression d'intrigue ne concernant que deux ou trois personnages...

Sinon, la caractérisation des personnages est toujours aussi manichéenne : ils sont tous soit tout noir soit tout blanc.

Mais aucun fil conducteur... j'espère qu'il va s'améliorer dans les tomes suivants.
Bilan de LoTF :

So this is Luke Skywalker's Legacy???
Dead wife, dead nephew, mad Imperial war criminal ruling GA. Great legacy...
Avatar de l’utilisateur
Jaweco
Bras droit de Thrawn
Messages : 1050
Inscription : 25 août 2010, 12:47
Localisation : Somewhere in the middle of nowhere

Re: Topic littérature

Message par Jaweco »

J'avoue que World Without End m'ayant passablement refroidit, c'est peu de le dire, cette nouvelle fresque ne m'attire guère. Et le fait que ce soit plus proche de ça que des Pillars... me conforte dans mon idée !
"One can concentrate so closely on the words of a sentence that one thereby misses the meaning. As can happen in any area of life. You must never lose focus on the larger landscape." - Commander Mitth'raw'nuruodo, Outbound Flight
Wes Anteras
Messages : 209
Inscription : 25 août 2010, 23:08

Re: Topic littérature

Message par Wes Anteras »

tout autre domaine :

12 21, de Dustin Thomason

Avec un titre pareil, on pouvait s'attendre à un sujet ayant attrait aux prophéties mayas et 2012. Mais
ce n’est pas vraiment le cas et même si les Mayas sont inclus dans le livre, c'est pour expliquer la genèse d'une intrigue extrêmement réaliste, sans la moindre trace de prophétie.

Le synopsis : Gabriel Stanton, éminent chercheur est appelé d'urgence lors de la découverte d'une nouvelle variante d'une maladie à prion. Mais ils vont avoir dû mal à communiquer avec le patient, ne parlant qu'en langue maya.

Parallèlement, on découvre Chel Manu, spécialiste de la civilisation maya dont elle descend va recevoir une offre surprenante d'un trafiquant d'art : un codex maya datant de la civilisation classique. Quand elle va apprendre la demande du Centre d'un interprète pour communiquer avec le patient, elle va se précipiter, supposant qu'il est lié à la découverte du codex.

La grande force du livre est l'intrigue ultra-réaliste et crédible. Un bon moment.
Bilan de LoTF :

So this is Luke Skywalker's Legacy???
Dead wife, dead nephew, mad Imperial war criminal ruling GA. Great legacy...
Wes Anteras
Messages : 209
Inscription : 25 août 2010, 23:08

Re: Topic littérature

Message par Wes Anteras »

Wes Anteras a écrit :J'ai fini le premier tome de la dernière série de Follet :

Le Siècle : la Chute des Géants

Mais aucun fil conducteur... j'espère qu'il va s'améliorer dans les tomes suivants.
Je viens de finir le tome 2... espoir très déçu et je ne suis absolument pas content.

on a un WWE bis. Pas besoin d'autres commentaires : une multitude d'intrigue sans lien :evil:

conclusion : Ken Follett semble avoir perdu tout son talent....
Bilan de LoTF :

So this is Luke Skywalker's Legacy???
Dead wife, dead nephew, mad Imperial war criminal ruling GA. Great legacy...
Avatar de l’utilisateur
Evan Lupin
Arpenteur silencieux
Messages : 1179
Inscription : 25 août 2010, 20:00
Localisation : Coulommiers 77

Re: Topic littérature

Message par Evan Lupin »

La Horde du Contrevent :
Vraiment très bon livre, bien écrit. J'ai même envie de dire bravo aux traducteurs, sur certains passages, ça n'as pas du être facile. Petit coup de mou une centaine de page avant la fin, j'ai trouvé.

Bref, pour plus d'info voir plus haut, le post de Jaweco.
Il n'y a pas d'ombre sans lumiere, ni de lumiere sans ombre.

Image
Avatar de l’utilisateur
Jaweco
Bras droit de Thrawn
Messages : 1050
Inscription : 25 août 2010, 12:47
Localisation : Somewhere in the middle of nowhere

Re: Topic littérature

Message par Jaweco »

Evan >> Alain Damasio est français, il n'y a pas de traduction ! :p

Wes >> C'est bien ce que je craignais...
"One can concentrate so closely on the words of a sentence that one thereby misses the meaning. As can happen in any area of life. You must never lose focus on the larger landscape." - Commander Mitth'raw'nuruodo, Outbound Flight
Avatar de l’utilisateur
Evan Lupin
Arpenteur silencieux
Messages : 1179
Inscription : 25 août 2010, 20:00
Localisation : Coulommiers 77

Re: Topic littérature

Message par Evan Lupin »

Aaaaaaaaaaaaaaah ok, ça explique le haut niveau des dialogues.
Il n'y a pas d'ombre sans lumiere, ni de lumiere sans ombre.

Image
Wes Anteras
Messages : 209
Inscription : 25 août 2010, 23:08

Re: Topic littérature

Message par Wes Anteras »

Lu le dernier Werber, la Troisième Humanité, et...

bof, ma critique sur le Rire du Cyclope est quasiment similaire à celle là mais il est quand même "meilleur" ( peut-être pas le bon mot vu que cela reste médiocre) :

Werber se base encore sur une nouvelle de Paradis sur Mesure pour construire le début d'intrigue du roman, ce qui donne un goût de déjà vu, peu agréable niveau originalité. Au moins, tout en faisant des références à ses personnages précédents, il rajoute cependant quelques événements innovants mais cela ne suffit pas pour créer une bonne intrigue.

Il prévoit de faire au moins une duologie basé sur celui-là et ça fait peur : ces derniers temps, alors que ses romans non cycliques et ses recueils de nouvelle peuvent être considérés comme bons à excellents, ses séries tombent souvent au ras des pâquerettes...
Bilan de LoTF :

So this is Luke Skywalker's Legacy???
Dead wife, dead nephew, mad Imperial war criminal ruling GA. Great legacy...
Avatar de l’utilisateur
Jaweco
Bras droit de Thrawn
Messages : 1050
Inscription : 25 août 2010, 12:47
Localisation : Somewhere in the middle of nowhere

Re: Topic littérature

Message par Jaweco »

Lu Cloud Atlas, de David Mitchell (alias le peu sexy titre Cartographie des nuages en VF). Gros coup de cœur !

Il n'y a non pas une mais six histoires, six nouvelles distinctes en quelque sorte... mais reliées entre elles. Chacune adopte un style propre marqué, ce qui permet au roman de toujours se renouveler et d'être très varié. La progression est organisée en effet miroir, c'est-à dire que le premier segment s'interrompt à la moitié pour laisser place à la première partie du deuxième, puis la première partie du troisième... jusqu'à la nouvelle centrale, la sixième, d'un seul tenant et point pivot du livre, avant de repartir en sens inverse, fin de la cinquième, puis de la quatrième... pour finir par la fin de la toute première. Construction pour le moins originale mais accrocheuse et efficace car elle permet d'établir des liens entre les histoires tout en laissant le lecteur dans l'expectative. Bref pitch des différentes parties...

1) A la fin du XIXème siècle, le notaire américain Adam Ewing effectue un voyage de retour par goélette de Nouvelle-Zélande pour regagner son pays. Cette histoire prend la forme d'un journal de bord tenu par l'intéressé, avec un style et vocabulaire d'époque très agréable à lire. Cela s'apparente donc à un récit d'explorateur qui rencontre une nouvelle culture, ainsi que l'impact de l'arrivée des blancs sur ces terres sauvages.

2) Entre les deux guerres mondiales, l'anglais Robert Frobisher est un musicien sans le sous qui, déshérité par sa famille bourgeoise, tente de se faire embaucher comme assistant par un compositeur de renom en Belgique. Est abordé cette fois-ci le genre épistolaire, il s'agit de lettres que Frobisher écrit à un ami resté en Angleterre. Le style évolue en conséquence, prenant une tournure plus incisive et non dénuée d'humour.

3) Dans les années 70, la journaliste américaine Luisa Rey tente de mettre au jour des magouilles liées à un réacteur nucléaire. Le récit passe à la troisième personne et prend la forme d'un thriller avec ce qu'il faut de complots, de tentatives d'assassinats et de trahisons propres au genre. Les chapitres sont plus courts pour donner un rythme plus moderne à l'histoire.

4) A l'époque actuelle, l'éditeur britannique Timothy Cavendish, 65 ans, se retrouve pris pour cible par un gang de malfrats à l'origine de son première succès éditorial. Retour à la première personne avec Cavendish qui raconte son histoire dans un style autobiographique... où se mêle assez vite l'absurde et le comique de situation alors qu'il se retrouve pris au piège dans une maison de retraite.

5) Dans un futur non daté, en Corée, le clone Sonmi-451, conçue pour être serveuse dans un restaurant et être entièrement dévouée à son travail, prend progressivement conscience d'elle-même et de sa condition pour se retrouver enrôlée par un mouvement anarchiste visant le renversement du pouvoir en place. Place donc à la SF pure et dure, dépeignant une société glaçante à la "Meilleur des Mondes" où la consommation est reine et où les individus sont classés en fonction de leur pouvoir d'achat. Cette histoire prend la forme d'un interrogatoire, Somni-451 étant questionnée sur ses actes avant d'être exécutée.

6) Dans un futur plus lointain encore, l'humanité a régressé au tribalisme dans un monde post-apocalyptique, et Zachry, un vieil Hawaiien, raconte sa rencontre avec une femme faisant partie d'un groupe de gens ayant accès à l'ultime vestige du "monde d'avant". Pour le coup, le vocabulaire utilisé est très particulier, mélange de néologismes et de patois argotique marquant l'appauvrissement culturel des derniers hommes.

Ces six segments abordent donc chacun un genre particulier et reprennent chaque fois les codes associés. Ils sont reliés entre eux mais restent néanmoins indépendants, aussi ne faut-il pas attendre d'intrigue globale qui recouvrirait le tout. Mais ce n'est pas gênant car ce n'est pas réellement l'objet du livre. Il s'agit plus de dresser un portrait de la nature humaine et de son amour du pouvoir, du contrôle, de sa cupidité, et que malgré les époques qui passent, l'histoire n'est qu'un cycle qui recommence sans cesse. La loi du plus fort revient toujours, sous différentes formes d'esclavagisme et d'asservissement. Le constat est sans appel : l'Homme court à sa perte à cause de ses tendances auto-destructrices, et les prises de consciences individuelles ne sont que des gouttes dans l'océan face à l'inaltérabilité du cycle des civilisations, ascendant pour s'écrouler sur elles-mêmes... jusqu'à l'extinction de l'humanité. A moins que les gouttes finissent par former un volume capable d'inverser la tendance ?
"One can concentrate so closely on the words of a sentence that one thereby misses the meaning. As can happen in any area of life. You must never lose focus on the larger landscape." - Commander Mitth'raw'nuruodo, Outbound Flight
Wes Anteras
Messages : 209
Inscription : 25 août 2010, 23:08

Re: Topic littérature

Message par Wes Anteras »

Dernier roman lu : The Mask of Troy de David Gibbins

Toujours le même principe de l'auteur et de sa série sur l'archéologue Jack Howard : à partir du mythe, il construit une intrigue ultra réaliste.

Le choix du mythe cette fois est particulièrement audacieux : la Guerre de Troie.

Tout commence à Mycènes où Schliemann, un des fameux pères de l'Archéologie, trouve le fameux Masque d'Agamemnon et un autre artefact mystérieux dont il ne parlera pas.

Fin de la Deuxième Guerre, les Nazis ont récupéré cet artefact et l'ont réutilisé à des fins sinistres.

De nos jours, on découvre Howard et l'IMU en train de réaliser des fouilles à Troie pour peu à peu remonter la piste des découvertes de Schliemann sur la raison de la chute de la ville lors du siège. On y découvre aussi que les Grecs ne formaient pas une nation unifiée, chaque citée disposant de sa propre technologie. Parallèlement d'autres perosnnages vont tomber sur la piste de l'artefact pris par Schliemann et de son utilisation sinistre réalisée par les Nazis.

Les histoires vont légèrement s'entrecroiser : le prologue est le récit de Schliemann puis on passe à Howard et le début des fouilles. Ensuite, dans la seconde partie, on arrive durant la Seconde Guerre Mondiale. Pour terminer par Howard avec un intervalle sur Schliemann, peu avant sa mort, qui nous fait voir le personnage sous un tout autre jour. Mais toutes les intrigues se relient remarquablement entre elles, si bien que l'on n’est pas troublé par les changements d'époque, ayant l'impression de lire la continuité de l'aventure malgré les décennies séparant les événements. Gibbins fait quelques clins d’œil à ses romans précédents mais rien qui ne pourrait larguer le lecteur. Et toutes les explications proposées au mythe sont particulièrement logique et plausible, l'interprétation notable du cheval et l'explication finale du succès des Grecs.

Comme à son habitude, à la fin du roman, il fait une appendice où il cite ses sources et explique les éléments fictifs et historiques.
Bilan de LoTF :

So this is Luke Skywalker's Legacy???
Dead wife, dead nephew, mad Imperial war criminal ruling GA. Great legacy...
Avatar de l’utilisateur
Evan Lupin
Arpenteur silencieux
Messages : 1179
Inscription : 25 août 2010, 20:00
Localisation : Coulommiers 77

Re: Topic littérature

Message par Evan Lupin »

Les Reliques sacrées d'Hitler, par ? Kirkpatrick :

Le Lieutenant Horn de la MFAA est chargé d’enquêter sur la disparition de 5 reliques prestigieuses : l'orbe du sacre, deux sabres, le sceptre et un autre truc, qui ont disparu pendant l'invasion de l'allemagne par les alliés;

Si l'enquête en elle même n'est pas bien passionnante, le livre se sert des connaissances de Horn pour nous expliquer toute l'attirance qu'avait Hitler et Himmler pour l’ésotérisme et le médiévale : la volonté d'établir un empire, la reconstitution d'une caste de teutonique, des rituels bizarres des SS, le culte pour certaines reliques, tel la lance de Longinus...

Livre basé sur une enquête véridique dudit lieutenant Horn.
Il n'y a pas d'ombre sans lumiere, ni de lumiere sans ombre.

Image
Avatar de l’utilisateur
Evan Lupin
Arpenteur silencieux
Messages : 1179
Inscription : 25 août 2010, 20:00
Localisation : Coulommiers 77

Re: Topic littérature

Message par Evan Lupin »

La Dame en Noir, Susan Hill

Un jeune notaire est chargé de se rendre dans la demeure de Mme drablow, dans les marais près d'une petite bourgade de campagne, suite au décès de celle_ci afin d'y retrouver tout document pouvant intéresser la succession. Il sera très rapidement confronté a de succinct événement paranormaux que son cerveau sophistiqué rejet. Un des points intéressant du livre se trouve d'ailleurs dans l’évolution du personnage. Londonien un peu guindé, ayant fait des études, qui se retrouvent confronté a ce qu'il prend de prime abord pour de la stupide superstitions de campagnard, il va vite être obligé de revoir tout ce en quoi il pense.

Loin d'être un livre d'épouvante, les apparitions fantomatique étant assez éparses, Susan Hill arrive cependant à mettre en place une atmosphère lugubre, sombre.

Très rapide à lire, 216p.

Le film avec Daniel Radcliff est de souvenirs, assez fidèle.
Il n'y a pas d'ombre sans lumiere, ni de lumiere sans ombre.

Image
Répondre